Le Mobile, Nouvel El Dorado des jeux en ligne

L’un des avantages notables dont disposent les opérateurs des casinos sur internet est la faculté d’aller à la rencontre des joueurs, où qu’ils se trouvent. Si avant il était nécessaire d’avoir un ordinateur, à présent, il suffit d’allumer son téléphone. De plus en plus, les jeux d’argent en ligne adoptent le modèle bien connu et particulièrement rentable des jeux sociaux.

L’exemple Zynga

zynga
Zynga ou la succès storie de jeux sociaux

Qui donc n’a jamais entendu parler de Zynga ? Pour clarification, Zynga est la société qui a créé et exploite certains des jeux sociaux les plus lucratifs et viraux d’internet : Farmville, Cityville, Zynga Poker et bien d’autres. Certes, ces jeux ne sont pas des jeux d’argent à proprement parler. Mais, le modèle économique de Zynga interpelle. La société a rapproché ses jeux des utilisateurs en créant des applications mobiles sur toutes les plateformes (Android, iOS, Symbian, BlackBerry, etc.) et en exploitant les réseaux sociaux.
La compagnie parvient à générer des leads en se servant des réseaux interpersonnels que les usagers tissent sur les réseaux sociaux. En somme, 240 millions d’usagers mensuels actifs se rendent sur Zynga. 15,6 millions d’usagers uniques par jour. Ces chiffres impressionnants le deviennent encore plus lorsqu’on sait que seul 0,15% des joueurs génèrent 50% du chiffre d’affaires de Zynga qui s’élevait à 873 millions de dollars en 2013.

Une imitation rentable ?

Alors, pourquoi les opérateurs de jeux en ligne n’en feraient-ils pas autant ? En fait, c’est déjà le cas. Des opérateurs de taille tels que William Hill proposent déjà des interfaces auxquelles il est possible d’accéder via son mobile, et des applications pour accéder aux salles de jeu directement. Certes, il y a un pas à franchir entre jouer avec de l’argent virtuel et miser de l’argent véritable, mais les habitudes des joueurs sociaux rendent cette barrière minime. La plupart des jeux sociaux proposent des monnaies virtuelles qu’il est impossible de retirer du jeu, ce qui contribue à donner une dimension purement ludique aux jeux en ligne.
En effet, par nature le jeu mobile est presque toujours social. Et la présence de l’interaction sociale fournit un sentiment de sécurité illusoire aux joueurs. De plus, la dimension sociale contribue à fidéliser les joueurs sans initiative de la part du casino en ligne (initiative qui peut parfois paraître intrusive). Les casinos en ligne se contentent donc de reprendre ce modèle d’affaires et proposer à leurs joueurs sur mobile de miser de l’argent véritable. Une mesure qui suffirait à garantir la rentabilité de l’exercice. Pourtant, relativement peu de casinos en ligne ont investi dans ce nouveau pan du jeu d’argent. Le mobile qui permet une utilisation plus rapide, plus flexible et moins contraignante de leurs salles de jeu reste encore largement sous-exploité.
Peut-on s’attendre à ce que la tendance s’inverse ? Sans l’ombre d’un doute. Et pour cause, la crise financière mondiale n’a pas épargné l’industrie du jeu d’argent en ligne. Certes les effets se font moins ressentir, mais la concurrence est telle que les casinos en ligne n’auront pas longtemps le luxe d’ignorer cette nouvelle avenue économique.

L’Asie, continent d’avenir pour les jeux en ligne

L’univers du jeu d’argent en ligne est en pleine expansion. En raison des régulations et des facilités fiscales, il n’est pas rare de voir les sites de jeu d’argent rechercher de nouveaux marchés et de nouvelles domiciliations fiscales. Et pour la plupart, les mêmes conclusions sont atteintes. L’Asie est sans aucun doute le marché du futur pour le jeu en ligne.

Un marché prometteur, mais défendu

asie l'eldorado des jeux d'argent
L’asie le nouvel eldorado des jeux d’argent ?

Le degré de réglementation des jeux en ligne n’est pas le même dans tous les pays. Alors qu’en Amérique les possibilités sont grandes, et qu’en France des perspectives d’avenir se présentent, une totale déréglementation est encore plus attractive. Bien que les casinos en ligne soient largement interdits dans plusieurs pays d’Asie, les paris d’argent font souvent partie de la culture de ces régions. En général, seuls les casinos physiques sont autorisés (sous certaines réserves) et limités dans leur sphère d’influence. En effet, en Chine seule la Province de Macao abrite des casinos physiques.
En Asie, les deux principaux marchés sont la Chine et la Corée du Sud. Deux pays qui disposent d’une grande démographie, où il n’y a pas la même méfiance vis-à-vis de la technologie qu’ailleurs, et où la communauté non négligeable de joueurs en ligne est prête à prendre part aux jeux d’argent. En effet, dans ces deux pays, bon nombre de personnes jouent à de tels jeux en ligne (World of Warcraft, League of Legends, etc.) et y investissent des sommes considérables sans réel retour sur investissement. De là, à parier et gagner de l’argent, il n’y a qu’un pas. Un pas que les gouvernements asiatiques se refusent à franchir.

Un début d’ouverture

Certes, certains pays du continent ont une approche plus ouverte. Le Parti Libéral Démocrate au Japon serait entré en tractations avec certains des plus gros opérateurs du jeu d’argent en ligne pour l’ouverture éventuelle de casinos en ligne dans ce pays. De même, l’Inde a reçu diverses propositions depuis 2009 pour l’octroi de licences. Des propositions émises entre autres par William Hill, Betfair et bwin. Le marché du jeu d’argent en ligne est estimé à plus de 60 milliards de dollars.
Dans son rapport intitulé « Online Gambling : A Gamble Or A Sure Bet », le réseau mondial de prestations pluridisciplinaires KPMG international a remarqué que le secteur en ligne de l’industrie du jeu en ligne est le plus florissant et également celui qui éveille l’intérêt des plus grands opérateurs.
Selon ce rapport, seuls quelques un des acteurs clés du milieu ont déjà pu s’implanter sur le continent. GigaMedia domicilié à Taiwan y propose déjà des jeux (mais sans argent) ; ou encore 188Bet et SBOBet qui se sont installés dans les Philippines.
Depuis Mars 2014, la Corée du Sud autorise les casinos étrangers sur son territoire, en vue de briser le monopole de Macao. Toutefois, les casinos en ligne souffrent encore de l’interdiction, une interdiction sévère à laquelle nul n’est censé déroger. Ce qui rappelle l’anecdote relative aux soldats sud-coréens qui se connectaient sur les jeux d’argent en ligne pour passer le temps.